Artiste, haut le coeur !

Tu es artiste et tu désespères ? Tu penses que tout n’est que vanité ? Que faire une oeuvre dans une société pareille tient de l’absurdité ? Que tu vas mourir jeune ? Que c’est peut-être préférable au fond ? Tu regrettes cet élan de ta jeunesse, par lequel emporté hors de la route tu versas, les pieds dans la boue et la tête dans les étoiles ?

Mon ami ! Mon frère ! Ne désespère pas ! Vois ! Vois cet avis du CIPAC ! Lis ! Et relève la tête ! Tu n’es pas inutile ! Vois tous les gens que ton effort désargenté et généreux fait vivre. Songe donc au doux regard de leurs femmes reconnaissantes, que tu combles, de loin il est vrai ; pense à leurs enfants rieurs dont tu es, modestement, le protecteur, en quelque sorte le parrain ; considère de ces professionnels eux-mêmes la fierté quotidienne, à laquelle ta contribution n’est pas modeste, toi, discret pourvoyeur de leur joie.

cipac0708

Des formations à destination de tous les professionnels des arts visuels, des personnels des services culturels des collectivités territoriales, des élus et chargés des affaires culturelles.
Le programme de formation du Cipac s‘organise autour de thématiques récurrentes : la médiation, la régie, les droits d‘auteur, la commande publique, le partenariat avec les entreprises, la gestion, l‘administration et la communication.

Vois cette foule nombreuse des professionnels de l’art : sans toi, plus rien à professionner. Pense donc, homme de peu de foi, de fragile espérance, à ces bouches affamées, à ces mains crochues de rhumatismes qui se tordent, sans toi, de souci dans une chambre sans feu ; à ces enfants qui geignent, l’estomac vide, et dont la longue plainte brise le coeur du père qui n’a rien à leur donner . Vois comme le malheureux écarte ses mains impuissantes et les brandit, vengeur, vers le ciel qu’il maudit !

Que l’orgueil regonfle ta poitrine et surtout, tiens bon ! Tiens bon à ton poste ! Qu’importent les vissicitudes, pense, pense donc à tous ces gens importants qui par ton inaction perdraient leur importance, leur statut, leur salaire, leur emploi, leurs avantages acquis, leurs points de retraite, et corrélativement sans tarder leur femme, leurs enfants, leur maison, leur résidence secondaire, leur automobile, leur maîtresse, leurs sicaves…Et jusqu’à l’estime de la société !

Allons, fainéant ! Vois donc à quel sort ton incurie les expose! Au créneau ! A l’atelier, te dis-je !
A tes responsabilités, Citoyen ! Je te le demande, couard: que seraient sans celui que tu crées ces professionnels des arts visuels ? Sans la culture que tu leur fournis, ces personnels des services culturels des collectivités territoriales ?…Ces élus et chargés des affaires culturelles, sans politique à impulser pour donner à l’art vivant quelques miettes pour subsister ?
Tu crois peut-être que tu es seul au monde ? Ingrat ! Egoïste ! Faux-frère ! Et la Croissance ? Bon à rien ! Parasite de la société ! Assisté ! Réfléchis, nombriliste ! Mauvais français !
Que deviendraient encore sans ton travail ces escadrons de médiateurs, ces escadrilles de régisseurs, ces escadres d’experts du droit d’auteur, ces escouades de spécialistes de la commande publique ? Mais encore ces opiniâtres prospecteurs du partenariat avec les entreprises, et surtout, les plus méconnus, dont la modestie confine à l’humilité, ces ascétiques champions de la Gestion, ces inflexibles méritants de l’Administration, ces méconnus génies, enfin, de la Communication.

Ah ! Mon ami ! Regarde ! Ne sens-tu pas soudain le ciel s’ouvrir ? Ne vois-tu pas enfin, comme en Gloire, s’avancer vers toi, toi, généreuse manne sociale, arbre prolifique aux rameaux nombreux, pilier de la croissance économique, la cohorte de ces reconnaissants, leurs mains tendues de professionnels qui à tes pieds d’amateur déposent leur hommage, et leur gratitude infinie, conscients qu’ils sont, mieux que toi, sauvage ! de ce qu’ils te doivent ?
Allons ! Ressaisis-toi, camarade ! Haut le coeur, pusillanime ! Qu’au moins leur reconnaissance te fasse honte ! Qu’elle te ramène à la raison ! Que le doigt ferme du Devoir, en un geste impérieux, t’indique un seul chemin : celui de ton Atelier ! Etre versatile ! Girouette efféminée ! Effrayé de sa propre audace ! Au travail, te dis-je ! Les professionnels n’attendent pas ! Non, mais !…

 

 

Par pg

Visual french artist born 60

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *