Bougeons le dessin !

Concours de dessins animés !

Emile_Cohl _1908_Fantasmagorie
« Fantasmagorie », Emile_Cohl, 1908, sur Public Domain review

Vos téléphones sont capables d’exporter de petites animations courtes.

Travaillons dans l’esprit du gif animé * sur le web : des séquences courtes, avec un mouvement simple, calculées pour se « boucler ». La fin de l’animation coïncide avec le début, créant par répétition un mouvement perpétuel.

* .gif est un format d’image assez ancien, revenu à la mode ces dernières années. C’est un format « image » qui peut contenir une image fixe simple, mais aussi plusieurs images. Il devient alors un format animé automatique en boucle qui répète la lecture à l’infini.

A la base une animation est une suite d’images fixes, dont chacune est affichée successivement un temps court (cf. flipbook).

Comme toujours au début « gribouillez » des recherches d’idées (« Qu’est-ce qu’il serait intéressant d’animer? Quel mouvement ? »). L’idéal serait une douzaine d’idées différentes que vous ne développerez peut-être pas toutes. La première idée est rarement la meilleure (néanmoins cela arrive), d’où l’intérêt d’en trouver plusieurs et de choisir ensuite .

Si vous n’avez pas d’expérience, commencez par la plus simple.

1 ) Choisissez une idée et dessinez les différentes étapes du mouvement. Veillez à choisir au début une technique qui marque  bien, et pas trop de nuances : l’appareil photo voit moins bien que l’œil humain, il est moins souple.
Le plus simple : feutre sur papier.

2 ) Photographiez les dessins avec votre téléphone ou un appareil photo. Dans les « tailles » de photos disponibles, choisissez le moins de pixels possible (  > 320 < 1080 ) .
S’il y a beaucoup de blanc, surexposez un peu la photo ( Laisser entrer plus de lumière que l’appareil ne le fait en automatique ) pour avoir un fond bien blanc. Chaque image n’apparaîtra qu’une fraction de seconde, c’est la continuité du mouvement qui sera perçue en priorité. Les petits défauts locaux deviennent un charme un peu sautillant, comme dans les premiers films.

3) Sélectionnez les photos et partager/exporter sous forme de animation.gif, ou de vidéo.MOV.
Sur android je sélectionne les images, je « partage », et comme il y en a plusieurs, j’obtiens un anime.gif .
Les iphones préfèrent faire des vidéos (.MOV) mais avançons comme on peut. Visitez les réglages pour voir les différentes possibilités. S’il y a le choix, préférez le gif. Si le résultat est stocké quelque part sur le web, enregistrez l’url plutôt que de m’envoyer le fichier (c’est lourd).

Si vous avez une adresse mail google, vous disposez avec d’un compte photos.google.com, capable d’assembler en animation les photos uploadées et sélectionnées.

Vous trouverez sur le web d’autres sites qui peuvent assembler en gif ou video les images que vous fournissez (exemple https://www.pixilart.com/.
Il y a de nombreuses applications pour téléphone également, mais, en général, le téléphone a une solution maison, généralement depuis la galerie d’images.

La qualité du mouvement est l’élément le plus important. Trop d’histoire, de scénario est un défaut intellectuel fréquent, qui peut aller jusqu’à faire un diaporama (succession d’images fixes) en croyant faire une animation.

Il peut être utile de « caler » l’appareil photo pour que le cadrage reste le même entre les prises de vue.

————————————————————————————

Quelques exemples de travaux d’élèves d’années précédentes

https://edu.polguezennec.fr/ba/mer1330gifs/index.html

————————————————————————————

L’album de cette année commencé avec le groupe du mercredi

https://photos.app.goo.gl/H7ZRgtrNBnvkyCgc8

————————————————————————————

On peut aussi faire directement les images fixes en photo ( voir l’animation d’une clef usb qui tourne. )

Ceux qui savent se servir des applications de dessin peuvent préparer les images directement sur téléphone ou ordi, bien entendu.

On peut aussi photographier de petites installations évolutives, bricolées, en volume, sur une table ou au mur.

Il n’y a pas de limites.

Enfin ceux qui enregistrent au format video (.MOV) peuvent ajouter du son. Bien sûr, il vaut mieux avoir une bonne boucle sonore, qui fonctionne bien avec l’image, ce qui implique des recherches, de la précision de découpage, et nous entraîne déjà assez loin…
On trouve aussi sur le web des sites où l’on peut créer de la musiquette avec des instruments simples, dont on peut récupérer la bande sonore ( music.mp3 en général).


Les autres groupes (adultes, arts numériques) aussi peuvent contribuer.

Discussion/explications en visio à l’heure des cours, mardi 17h30-19h30, mercredi 16h-18h, vendredi 17h-19h. Url communiquée par mail.