Richard Mosse à Nantes

 

Richard Mosse
Richard Mosse

Las de la couverture « classique » des flux de migrants par l’industrie de l’information, il détourne une camera thermique de surveillance militaire pour renouveler la vision documentaire sur les conflits ou les camps. Un artiste invente une nouvelle manière de représenter cette question historique pour la rendre… visible.  La texture est très particulière, précise, les formats très grands, l’étrangeté complète car les valeurs sont différentes quand les formes restent les mêmes. Une vision dont l’étrangeté nous frappe d’abord physiquement, qui renvoie à la fois aux images documentaires d’avant la couleur (on ne peut s’empêcher de l’associer à d’autres photos de camps) et à des représentations nouvelles, inconnues,  technologiques, de surveillance. Des descriptions sobres mais dures accompagnent les photos. Dans une triple projection immense, les fragments videos magnifient les gestes de vie quotidienne de réfugiés qui ne savent pas qu’ils sont… surveillés.
Sacré travail à découvrir jusqu’au 1er septembre au Lieu unique.

Présentation sur le site du lieu unique   |   bis  |   interview sur France Culture

Cabinets de curiosités

inspiration Miquel Barcelo
inspiration Miquel Barcelo

Brics à bracs d’atelier de Miquel Barcelo,  beau tressage d’œuvres de Erro (films de grimaces) et de Alain Fleisher (autoportraits en réflection) dans le cabinet de Jean Jacques Lebel, et encore des tas et des tas d’autres choses dans les « Cabinets de curiosités » au FHEL de Landerneau.
Exposition très intéressante, à ne pas faire au galop.

Erro et Alain Fleischer dans le cabinet de Jean Jacques Lebel